Dernière mise à jour le 7 février 2017 par Dr Cécile Loï

télécharger en pdf (240 K0)

diabetes-528678_640

 La 115e édition du Concours Lépine s’est tenue lieu du 24 avril au 08 mai 2016 à la Foire de Paris. Elle a réuni plus de 556 inventeurs. Le concours Lépine a été créé en 1901 dans le but de promouvoir l’invention et la création, et de soutenir et conseiller les inventeurs. Cette compétition a été le tremplin de nombreux objets de notre quotidien comme le stylo à bille, le fer à repasser vapeur ou encore les lentilles de contact. Cette année, le concours a récompensé une application permettant aux personnes diabétiques de suivre de manière plus fiable leur traitement.

L’inventeur Benoit Mirambeau, commerçant agenais de 48 ans, remporte le plus prestigieux prix du concours, à savoir le prix du président de la République : vase en porcelaine de Sèvres.

« Tout a commencé il y a huit mois lorsque ma mère, atteinte d’un diabète, en vacances chez moi, a fait un malaise à cause d’une hypoglycémie sévère », raconte Benoît Mirambeau. Cet incident va lui faire prendre conscience de la difficulté pour les diabétiques de type 1 de contrôler leur glycémie (c’est-à-dire le taux de sucre dans le sang).

 Le diabète de type 1, appelé aussi diabète insulinodépendant, touche plus de 3 millions de personnes en France, et 422 millions de personnes dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il est traité grâce à des injections d’insuline. Le principe du traitement est simple : l’insuline injectée sert à remplacer celle produite par le pancréas en quantité insuffisante ou défectueuse et à diminuer le taux de glucose sanguin. Chez une personne non diabétique, l’insuline est secrétée en petite quantité en continu et en quantité plus importante au moment des repas, permettant ainsi une régulation optimale de la glycémie tout au long de la journée.

 Chez une personne diabétique de type I, plusieurs injections d’insuline par jour en fonction des repas mais aussi de l’activité physique doivent être réalisées pour contrôler le mieux possible la glycémie. La mise en place de traitement est ainsi souvent complexe et source de stress pour les malades car il faut donc répartir les injections au fil de la journée, et ajuster le dosage en permanence en fonction des résultats des mesures de la glycémie dans une goutte de sang.
L’application développée par Mr Mirambeau calcule, à partir du résultat de la glycémie mesurée par le patient, la dose d’insuline qu’il doit s’injecter. Elle permet donc de réduire les risques d’erreurs ainsi que les risques associés d’hypo ou d’hyperglycémie.

Ainsi, Benoit Mirambeau espère que ce prix va lui permettre d’obtenir un agrément pour son invention, et rendre possible sa concrétisation.

 

Image : « diabetes-528678_640». Mise à disposition selon les termes de la licence Pixabay.