Dernière mise à jour le 1 avril 2016 par Dr Cécile Loï

télécharger en pdf (328 K0)


Des chercheurs ont mis en évidence une relation entre la conscience et la surcharge pondérale. Pour cela ils ont analysé les liens entre la « pleine conscience » et certains facteurs sociodémographiques ou du mode de vie que sont le surpoids et l’obésité. A ce jour, il n’existe quasiment aucunes données sur le lien entre la conscience et ses effets sur le surpoids et l’obésité.

D’après les chercheurs « La pleine conscience peut être définie par une attention sans jugement portée au moment présent. Elle peut être innée, et se refléter dans notre tendance générale à être pleinement conscient au quotidien, ou peut aussi être développée grâce à la méditation. Elle inclue notamment le fait d’observer et d’être à l’écoute de ce qui nous entoure, la tendance à rester neutre et sans jugement vis‐à‐vis de ses pensées et sentiments, ou encore la capacité à laisser ses pensées et sentiments se présenter à l’esprit et s’en aller librement sans se laisser gagner ou emporter par eux. »

Un total de 63 628 Français participant à l’étude NutriNet-Santé a répondu à un questionnaire spécifique (sur internet). Ce questionnaire a permis de mesurer la tendance à être « pleinement conscient » au quotidien.

Grâce à l’analyse de ce questionnaire, les chercheurs ont conclu que les hommes et les femmes présentent des niveaux équivalents de conscience, que celle-ci est liée au niveau d’éducation et au niveau d’activité physique (plus élevé), et est en général associée à une pratique de relaxation ou méditation.

Les chercheurs montrent que le niveau de conscience des femmes est directement corrélé au poids : « Les femmes ayant d’avantage tendance à être pleinement conscientes ont moins de risque d’être en surpoids (un risque 20% moins élevé) et encore moins d’être obèses (30% moins élevé) par rapport aux femmes qui sont moins attentives au moment présent.». Chez les hommes, le niveau de conscience était seulement associé au fait d’être obèse ou non : « Chez les hommes, la pleine conscience était associée uniquement à un risque plus faible d’obésité […] : le risque d’être obèse était 20% moins élevé chez les hommes déclarant avoir davantage tendance à être pleinement conscient par rapport à ceux l’étant peu.»

Cette étude permet de mettre en cause la conscience (un facteur psychologique) sur les problèmes de surpoids et d’obésité. De futures études restent à mettre en place en vue de confirmer et d’affiner ces résultats, mais aussi de comprendre les facteurs psychologiques en jeu, et leurs répercussions sur le comportement alimentaire.

.

Sources : Communiqué de presse de la coordination de l’étude NutriNet‐Santé, mai 2015