Dernière mise à jour le 9 septembre 2016 par Dr Cécile Loï

télécharger en pdf (286 K0)

 La DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge) est la première cause de malvoyance dans les pays industrialisés. Aujourd’hui, en France, près d’un million de personnes de plus de 50 ans ont des problèmes de vue causées par la DMLA. Cette maladie provoque une perte d’autonomie visuelle pouvant entraîner une perte d’autonomie générale chez les personnes âgées.


Qu’est-ce que la DMLA ?

 La DMLA est un vieillissement anormalement rapide de la macula. La macula est la zone centrale de la rétine, à l’arrière de l’œil, où convergent les images, elle assure la vision centrale. Il existe deux formes de DMLA :

–         La DMLA « sèche » ou atrophique (85 % des cas) se caractérise par la disparition progressive des cellules de l’épithélium pigmentaire de la rétine et l’apparition de dépôts lipidiques appelés « drusen ». Cette forme évolue lentement.

–         La DMLA « humide » ou exsudative (15%) se caractérise par la formation de nouveaux vaisseaux («néovaisseaux») sous la rétine. Son évolution peut être particulièrement rapide.

Quels sont les symptômes ?

Les premiers signes se manifestent par :

–         La nécessité d’augmenter la puissance d’éclairage pour lire ou écrire

–         La difficulté pour percevoir les détails et les contrastes

–         La déformation et le gondolement des lignes droites

–         L’apparition d’une tâche plus ou moins foncée qui ampute la vision au centre du champ visuel

 Ces symptômes doivent vous pousser à consulter un ophtalmologiste au plus vite. La DMLA peut apparaître dès l’âge de 50 ans mais son diagnostic est souvent fait 10 à 15 ans plus tard.

Quels sont les facteurs de risque ?

L’âge est le premier facteur de risque de DMLA. Le tabagisme entre également en compte : il augmente le risque de survenue de la maladie d’un facteur 3 à 6. L’obésité double le risque de DMLA. La sédentarité et un déséquilibre alimentaire, et notamment une alimentation pauvre en antioxydants, jouent aussi un rôle dans la survenue de la DMLA.

Comment prévenir la DMLA ?

 Il est préconisé d’arrêter de fumer et d’avoir une alimentation riche en antioxydants : légumes, fruits frais, poisson gras (saumon, sardine, anchois…). Il est également recommandé d’avoir une activité physique régulière adaptée à son âge.

Comment diagnostiquer ?

 Pour le diagnostic, la première étape consiste à mesurer l’acuité visuelle (capacité à percevoir les petits objets) de près et de loin. Puis l’ophtalmologiste procède à un examen du fond d’œil. Suivant la forme de DMLA diagnostiquée, d’autres examens peuvent vous être prescrits comme l’angiographie (photographie de la rétine après injection intraveineuse d’un colorant fluorescent) et l’OCT (Tomographie en Cohérence Optique, procédé d’imagerie qui fournit des informations complémentaires aux images angiographiques).

Quels traitements ?

 Seule la DMLA exsudative peut être soignée grâce à un traitement anti-VEGF qui freine la prolifération des néovaisseaux, le VEGF étant un facteur de croissance qui permet la formation des néo-vaisseaux. La prise en charge non médicamenteuse de la DMLA (exsudative et atrophique) repose sur la rééducation basse-vision (permettant de mobiliser des zones de la rétine non touchées) et les systèmes optiques (grossissants).

 

Source : : DMLA Dégénérescence Maculaire liée à l’âge– Juillet 2014.

Image : : Wikimedia.