Dernière mise à jour le 9 octobre 2015 par Dr Cécile Loï

Citrulline : améliore le contenu protéique musculaire


 

La dénutrition protéino-énergétique est fréquente chez le sujet âgé, particulièrement chez les patients hospitalisés. Le développement de nouvelles stratégies pour traiter cette dénutrition est donc essentiel. Notre hypothèse de travail était que la résistance à la renutrition observée avec l’âge doit être liée à la séquestration splanchnique des acides aminés, ayant pour conséquence une moindre quantité d’acides aminés atteignant la circulation systémique. L’administration de citrulline, un acide aminé échappant à la séquestration splanchnique, pourrait alors être un bon moyen d’augmenter la disponibilité en azote au niveau du corps entier et ainsi permettre d’améliorer le statut nutritionnel.

Matériel et Méthodes : Trente rats âgés (19 mois) ont été soumis à une restriction alimentaire (50 % de leur consommation habituelle) pendant 12 semaines. Ils ont été ensuite randomisés en 3 groupes : 10 rats (groupe R) ont été sacrifiés et les 20 autres ont été renourris (avec 90 % de leur consommation habituelle) pendant une semaine avec une alimentation complémentée en citrulline (groupe Cit) ou une alimentation standard isoazotée contenant des acides aminés non essentiels (groupe AANE). Avant le sacrifice, une injection de valine (C 13) a été réalisée afin de mesurer le taux de synthèse protéique absolu dans le tibialis. Au sacrifice, le tibialis est prélevé pour l’analyse de son contenu protéique et le sang recueilli pour les dosages d’acides aminés et d’insuline.

Résultats : l’alimentation standard n’a pas d’effet sur la synthèse protéique ou le contenu protéique musculaire. En revanche, la complémentation en citrulline entraîne une augmentation de la synthèse protéique musculaire (117± 9, 120± 14, et 163± 4 mg/ organe pour le contenu protéique respectivement dans les groupes R, AANE, vs Cit, P < 0,05). Le taux de synthèse protéique absolue était de 0,30 ± 0,04, 0,31±0,04 et 0,56 ± 0,10 mg/h respectivement dans les 3 groupes (R et AANE vs, Cit, P<0,05). L’insulinémie était également significativement augmentée dans le groupe citrulline.

Conclusion : pour la première fois, une approche thérapeutique réaliste est proposée pour améliorer le contenu protéique musculaire dans les situations de fragilité musculaire liée à la dénutrition des sujets âgés.

 

Publication scientifique: Citrulline modulates muscle protein metabolism in old malnourished rats. Osowska S, DuchemannT, Walrand S, Paillard A, Boirie Y, Cynober L, Moinard C. Am J Physiol Endocrinol Metab. 2006. 291:E582-E586

Autres études sur la citrulline

ProteoCIT, pour les besoins nutritionnels en cas de sarcopénie ou de dénutrition, notamment chez les personnes âgées fragiles.

» ProteoCIT