Qui sommes nous ?

 Notre histoire

histoire du laboratoire

Aujourd’hui, un des défis sociétaux majeurs est de vieillir en bonne santé et de manière autonome : selon la DREES (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques), en 2040, nous compterons en France 1,1 millions de seniors dépendants de plus qu’en 2019.  Cette perte d’autonomie est très souvent liée à une dégénérescence cognitive et/ou musculaire. Entretenir ses muscles est donc primordial : le vieillissement musculaire conduit à la sarcopénie (perte de masse et de fonction musculaires), pathologie touchant 15 % des plus de 45 ans et, chez les plus de 75 ans, 19 à 33 % des femmes et 45 à 64 % des hommes selon l’académie de médecine (rapport 2014).

Bien vieillir, c’est prendre soin de ses muscles.

C’est le constat qu’ont fait les professeurs Luc CYNOBER et Christophe MOINARD, à la faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques de l’université Paris Descartes en 2004. Ils s’intéressaient alors plus particulièrement à un acide aminé, la citrulline, et ont montré que cette dernière permet d’augmenter la masse, la force et la fonction musculaires au cours du vieillissement. Ces études ont conduit à des dépôts de brevets par l’université Paris Descartes et à la création, en 2009, de CITRAGE, bénéficiant des licences d’exploitation des brevets. CITRAGE est donc un laboratoire de recherche et développement, présidé par le Docteur Cécile LOÏ, et commercialisant des compléments alimentaires et aliments diététiques destinés à des fins médicales spéciales, à base de citrulline, et destinés aux seniors.

Un premier produit, MyoCIT, a été mis sur le marché en juin 2011. C’est un complément alimentaire destiné aux personnes de plus de 50 ans pour préserver leur capital musculaire.

Un deuxième produit, ProteoCIT, a été mis sur le marché en décembre 2011. C’est un complément nutritionnel oral adjuvant des traitements de la dénutrition et de la sarcopénie (ou dystrophie musculaire).

Un troisième produit, CompoCIT, sera mis sur le marché en 2022. Ce sera une compote hyperprotéique (uniquement des protéines végétales), hypercalorique, enrichie en citrulline et remboursé par la sécurité sociale pour traiter la dénutrition.

 Notre histoire